Nettoyage de tombes – Poitiers

Classé dans : actualités | 0

Souvenir Fleuri est le spécialiste du nettoyage de tombes depuis 2017. Entretien de sépultures et déplacement gratuit, toute l’année dans tous les cimetières de la Vienne – Poitiers – Buxerolles – Chauvigny, Chatellerault. Entretien exclusivement manuel avec des produits 100% bio.

Mais connaissez-vous l’histoire du cimetière de Chilvert à Poitiers ?

Le transfert des cimetières depuis l’intérieur de la vieille ville de Poitiers vers l’extérieur, se décide dès 1779. Il faut attendre la vente de terrains ecclésiastiques comme biens nationaux, sous la Révolution, pour que cette décision entre dans les faits.

A Chilvert, dès 1793-1794, la municipalité commence à utiliser un terrain appartenant à Etienne-André de Lavault, prêtre chanoine de l’église de Saint-Hilaire-le-Grand. Le cimetière de Chilvert se limite alors à sa partie sud-est actuelle (secteurs 1 à 9). Le mur de clôture est réparé en 1819, avec ouverture d’un portail côté ville, c’est-à-dire à l’Est.

Les différents agrandissements de Chilvert au fil du temps

Un premier agrandissement a lieu en 1835. Un second en 1845, puis un troisième en 1861-1862, construction de nouveaux murs de clôture et d’une nouvelle conciergerie. L’ancienne conciergerie, qui se trouve sur le côté ouest du cimetière (vers l’actuelle croix de cimetière), est démolie en 1864. Le cimetière commence alors à s’étendre vers l’ouest (secteurs 10 à 18). En 1906, la Ville achète des terrains vers le nord, puis d’autres en 1919, le long de la ligne de tramway (actuelle rue du Versant Ouest), pour agrandir le cimetière. Un autre agrandissement a lieu en 1926.

Le cimetière se délimité par un clos de murs ponctué de plusieurs accès, dont le portail principal à l’angle nord-est. Il se divise en trente secteurs par plusieurs allées, sinueuses dans la partie la plus ancienne, au sud-est, rectilignes ailleurs. Les tombes les plus anciennes, datant du 19e siècle et du début du 20e, occupent la moitié sud du cimetière (secteurs 1 à 18). (source inventaire.nouvelle-aquitaine.fr)